Aide aux économies d’énergie : état des lieux

Pour réduire votre consommation d’énergie, il y a certains travaux qu’il faut faire. Et ils sont souvent couteux. Pour en supporter les frais, le gouvernement offre la possibilité de bénéficier de l’aide aux économie d’énergie. Que vous soyez un particulier ou un bailleur social, il vous suffit de remplir les différentes conditions y relatives.

De quoi s’agit-il ?

Avec la mise sur pied du Plan climat en 2017, le gouvernement s’est décidé à atteindre la neutralité carbone en 2050. Depuis lors, la rénovation énergétique des bâtiments en est devenue un impératif. Elle est mise en œuvre par le Plan de rénovation énergétique des bâtiments.

A voir aussi : Quel forfait mobile choisir en 2021 ?

Celui-ci consiste à offrir une aide financière à 500 000 logements dont les travaux de rénovation permettront de réduire la consommation énergétique de 15% à l’échéance 2023. Ainsi, les passoires énergétiques de ces logements des catégories F et G devront disparaître en 2030.

Qui est concerné ?

Les personnes concernées sont les propriétaires bailleurs qui mettent des maisons à haute consommation énergétiques en location. Effectivement, la loi Climat 2019 proscrit toute location de logements ayant une consommation de plus de 450 kilowattheures/m²/an (l’essentiel de la classe énergie G) au 1er janvier 2023.

A lire aussi : DIY soin du visage : idées de masques à base de miel

Quels sont les différents forfaits ?

Pour atteindre ce but, plusieurs aides financières sont possibles pour la réalisation des travaux de rénovation énergétique relatifs à l’isolation, au chauffage, ainsi que la ventilation.

Ma Prime Rénov’

Mise en place le 1er janvier 2020, cette prime majeure de l’Etat à l’endroit des ménages remplace le crédit d’impôt transition énergétique (CITE). Ma Prime Réno’ est ouverte aux propriétaires bailleurs et copropriétaires, peu importe leurs revenus. Toutefois, une part belle est faite aux foyers aux revenus modestes, avec des taux allant de 40% à 90% du devis.

Les CEE

Entrés en vigueur avec la loi pope en 2005, les Certificats d’économie d’énergie sont remis par les vendeurs d’énergie (EDF, Engie, GRDF…) aux ménages. Lesdits vendeurs sont effectivement contraints par l’Etat à encourager les ménages les particuliers à faire des économies d’énergie en guise de compensation de leur activité polluante. Les CEE feront partie de Ma Prime Rénov’ dès juillet 2022.

France Rénov’

La formule France Rénov’ a été mise sur pied le 1er janvier 2022.  Il s’agit d’un guichet unique constitué de 450 agences visant à faciliter l’accès à la rénovation énergétique. Ces agences jouent le même rôle que les points Rénovation info services rattachés à l’Anah, ainsi que des agences Faire à l’Ademe.

Quel bilan ?

Depuis la mise en œuvre du plan énergétique, près de 644 073 primes ont été allouées aux ménages pour les travaux énergétiques en 2021. Soit 68% de système de chauffage remplacés, 26% d’isolation et 3% de ventilation. Soit plus de 4,5 fois la quantité de primes offertes en 2020.

Toutefois, il est à noter que sur 3,1 millions de ménages inscrits au plan de réduction énergétique, seulement 2,3 millions ont atteint le taux de réduction escompté en 2019. D’après le premier rapport de l’Observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE), 19% desdites primes ont été accordées, mais n’ont pas permis d’économiser l’énergie.

Durant la période de confinement marquée par l’arrêt ponctuel des transports, les vendeurs d’énergie ont constaté une baisse des obligations de reversement des primes aux particuliers. Ceci dit, les montants des CEE ont régressé en 2022. Toutefois, ils pourront rehausser, avec la relance économique due à la période post-Covid-19.